Tendances

La tendance du zéro clic : deux tiers des recherches Google finissent sans clic

Par Yves Attias le 20 mai 2021/ Temps de lecture : 6 minutes

Une nouvelle tendance arrive, celle du zéro clic. S’agit d’un simple phénomène passager ou annonce-t-il l’évolution des comportements sur le web ? Il est encore trop tôt pour le dire. Pour le moment, une chose est certaine, le taux de rebond des pages de résultats Google s’envole

Comment expliquer le zéro clic ? Que déclare Google ? Quelles actions mettre en place pour préserver votre trafic ? L'agence YATEO vous dit tout sur cette tendance qui inquiète.

 

Les chiffres de la tendance zéro clic

Les chiffres, comme souvent, sont éloquents. D’après les résultats d’une étude menée par SparkToro et SimilarWeb, sur 100 millions d'utilisateurs et 5 milliards de requêtes, deux recherches sur trois ne mènent à aucun clic. La tendance s’est amplifiée, puisque les chiffres d’une précédente étude de SparkToro publiés en juin 2019 faisaient état d’un résultat de 50%.

Les statistiques sont encore plus révélatrices sur mobile. Dans ce cas de figure, l’internaute doit en effet faire défiler l’écran à plusieurs reprises avant d’atteindre les résultats naturels. Pressé et impatient, il choisit par conséquent souvent la facilité et se contente des réponses fournies par les extraits et éléments structurés.

Les chiffres relevés pour le mobile sont véritablement surprenants. Près de 80% des utilisateurs ne cliqueraient pas sur un résultat naturel. Sur les vingt et quelques pour cent restants, 22% seulement se tourneraient vers des sites référencés en SEO et 1% sur des résultats sponsorisés. 

zéro-clic

 

Google : du moteur de recherche au moteur de réponse

Pour SparkToro, l’objectif de Google ne serait plus de servir uniquement d’intermédiaire entre un internaute en quête d’une réponse et un site web apportant du contenu. Il voudrait en effet offrir directement l’élément recherché à l’utilisateur.

Comment le célèbre moteur de recherche s’y prend-il ? Sans même y avoir prêté attention, vous avez très probablement déjà formulé une requête et trouvé une réponse à cette dernière sans vous être dirigé sur un site référencé. Vous avez en effet cliqué sur la flèche associée à l'une des questions suggérées sur la SERP ou simplement lu les premières lignes des encarts situés sur le côté. Knowledge Graph, Featured Snippet, Position Zéro, voilà comment Google contribuerait à réduire le taux de clics sur les sites web. 

Lorsque l’utilisateur n’attend qu’une réponse simple, telle qu’une définition, une date, un nom ou encore une brève présentation, nul besoin de se rendre sur le site qui propose l’extrait optimisé. Ce dernier suffit à contenter l’internaute.

extrait-optimisé

Extrait optimisé format "paragraphe"

 

Tendance zéro clic : les acteurs du numérique s’inquiètent

En souhaitant se positionner comme moteur de réponse, Google devance les propriétaires de sites web et leur vole la vedette. Les contenus qu’ils proposent à la lecture ne sont pourtant pas rédigés par les soins du géant du web, mais sont bien issus des sites que Google désire reléguer au second plan.

Cette injustice couplée aux chiffres des enquêtes ont de quoi inquiéter et révolter les acteurs du numérique. Les résultats d’une enquête d’Ahrefs n’a pas contribué à les apaiser. Sur un milliard de page étudiées, près de 91% ne reçoivent pas de trafic de la part de Google.

Mais comment se dresser contre un géant ? Les éditeurs se voient réduits à choisir entre deux solutions insatisfaisantes et peu stratégiques sur le plan du référencement :

  • Se rebeller et refuser que leurs contenus soient exploités par le moteur de recherche dans le but de les faire apparaître dans les extraits optimisés. Si cette rébellion est à la portée de grandes figures du web telles que Wikipédia, la plupart des éditeurs de sites n’ont pas la carrure pour s’engager dans un tel bras de fer.
  • Se plier au jeu et créer des contenus optimisés dans la perspective d’une utilisation par Google, sans que les propriétaires n’en retirent de bénéfice, puisque les utilisateurs n’iront peut-être pas sur leur site pour autant. Les éditeurs qui refuseraient toutefois d’entrer dans la danse se feront prendre leur place par des concurrents moins scrupuleux.

 

Google dément : des résultats au service des internautes et des éditeurs

Pour le moteur de recherche, la hausse du taux de rebond s’explique par :

  • Les clics nuls : Google considère en effet que les internautes recherchent toujours plus de précision dans leurs requêtes. Ils reformulent alors très souvent ces dernières, à plusieurs reprises, jusqu’à obtenir des résultats satisfaisants. Chaque requête reformulée engendre une page de résultat. Chacune ne donne lieu à aucun clic, puisqu’elle est immédiatement suivie par une nouvelle reformulation. Il s’agit par conséquent de clics nuls. D’après Google, l’internaute finira tout de même par visiter un site, une fois qu’il aura trouvé une page de résultats correspondant à ses attentes.
  • Une recherche d’éléments rapides d’accès : que les éditeurs le veuillent ou non, les internautes aspirent à trouver en quelques secondes des informations qui se consomment rapidement (prévisions météo, devises, résultats sportifs, date de naissance d’une célébrité, définitions, etc.). Google ne fait alors qu’offrir à l’internaute ce qu’il attend et ce à quoi il s’est habitué.
  • L’importance des recherches locales : les requêtes localisées sont de plus en plus nombreuses. En donnant accès à toutes les données pratiques recherchées sur une entreprise locale, Google permet à l’utilisateur de vérifier qu’il s’agit bien de la bonne société. L’existence de ces informations n’empêchera pas l’internaute de cliquer ensuite sur le site de l’entreprise.

Face aux chiffres dévoilés par SparkToro et SimilarWeb, Google affirme que le nombre de visites de sites web a encore augmenté cette année

Il tient par conséquent à souligner que sa volonté n’est pas d’évincer les éditeurs. Il désire proposer toujours plus de contenus pertinents aux internautes, tout en facilitant les recherches, afin qu’ils accèdent plus simplement aux sites.

featured-snippet

Extrait optimisé format "OneBox"

 

Comment attirer du trafic sur son site web malgré la tendance zéro clic ?

Tout n’est pas perdu. Pour augmenter votre trafic, deux options s’offrent à vous :

  • Travailler votre référencement naturel en faisant appel à un professionnel. Suivre les conseils de l’agence de référencement YATEO, vous permettra de vous positionner dans les premiers résultats naturels, immédiatement après les extraits optimisés de Google.
  • Vous tourner vers le référencement payant en créant des campagnes publicitaires Adwords. Il y a fort à parier que Google donnera en effet progressivement la priorité aux liens référencés.

Plus qu’une simple tendance, et malgré les démentis de Google, le zéro clic est une réalité. Combien de temps le phénomène durera-t-il ? L’avenir nous le dira. L’adaptation, comme en de nombreux domaines, sera la clé de la réussite pour les éditeurs de sites web.

Catégorie d'article : Tendances

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Infographie : tendances et usages du mobile en 2021
8 étapes pour ouvrir un pop-up store à succès
Infographie : maîtrisez les enjeux de la mode en 2021

2 commentaires

New call-to-action