xYou are currently visiting Payplug website in french.Go to english version

Request-to-Pay : simplifier et digitaliser les paiements BtoB

Avatar
Publié le 13 mars 2023 par Elise Vétois
Temps de lecture : 6 minutes

Élaboré par le Conseil européen des paiements (EPC), le schéma Request-to-Pay (RTP) est une norme paneuropéenne d’initiation de paiement, une nouvelle solution de demande de paiement, plus simple, plus rapide et moins coûteuse que les procédures de recouvrement traditionnelles. Déployé en France en juin 2021, le Request-to-Pay s’inscrit dans une volonté d’harmoniser et de digitaliser les paiements entre entreprises. Une initiative qui rejoint celle de l’obligation de facturation électronique qui doit entrer en vigueur d’ici 2024.

Décryptage de ces évolutions réglementaires avec Libeo, spécialiste européen du paiement interentreprises.

Request-to-Pay, une nouvelle étape dans la simplification des paiements interentreprises

La mise en place du schéma Request-to-Pay est le résultat d’une double constatation.

D’une part, depuis le début de la crise sanitaire, plusieurs indicateurs financiers majeurs des entreprises françaises sont dans le rouge, à commencer par le besoin en fonds de roulement (BFR), qui a connu une hausse moyenne de 6 jours en 2021 (source : Euler Hermes). En 2022, les délais de paiement ont eux aussi augmenté, de près de 17 jours pour les grandes entreprises et de près de 11 jours pour les PME (source : Altares).

D’autre part, les virements bancaires sont le premier mode de paiement en Europe, avec 80 % des entreprises européennes réglant des paiements de cette manière en 2019 (source : Banque centrale européenne). Mais cette méthode est difficile à inclure dans un parcours de paiement 100 % dématérialisé. 

Enfin, avec l’arrivée imminente de la réforme de la facturation électronique en France, il devient vital pour les entreprises assujetties à la TVA d’être en mesure d’émettre et de recevoir des factures électroniques d’ici 2024. C’est dans cette démarche que s’inscrit le Request-to-Pay. 

Request-to-Pay, un service de messagerie bancaire 

Le Request-to-Pay n’est pas une solution de paiement, mais un service de messagerie basé sur la norme internationale ISO 20022 (la référence pour l’échange de données électroniques dans le secteur financier). 

Cette messagerie permet à une entreprise ou à un fournisseur d’adresser une demande de paiement à son débiteur. Cette demande, appelée message RTP, s’accompagne de toutes les références de la transaction (numéro de facture, adresse de facturation, IBAN, montant, date d’échéance, etc.) pour simplifier le paiement et établir un lien entre la facture et son paiement. 

Request-to-Pay ne remplace donc pas le paiement instantané (instant payment), mais vient en complément de cette méthode, en adressant une requête de paiement au client, adossée à un virement SEPA ou à un paiement instantané. 

Comment fonctionne le schéma Request-to-Pay ?

Lorsqu’il reçoit une demande RTP, le client peut l’accepter ou la rejeter en renvoyant un message RTP depuis son espace bancaire. L’acceptation du client équivaut à confirmation de paiement

schema request to pay

Afin de ne pas pénaliser financièrement le payeur, en lui imposant un délai de paiement trop court, le Request-to-Pay comprend plusieurs flexibilités de paiement : 

  • Approve Now, Pay Now : le créancier et le payeur sont en interaction directe. La requête a une durée de vie courte ;
  • Approve Now, Pay Later : le créancier souhaite obtenir l’accord du payeur en temps réel mais laisse du temps au payeur pour exécuter le paiement.
  • Approve Later, Pay Now : le créancier accorde un délai pour que le payeur valide la requête de paiement. Une fois validé, le paiement est automatiquement déclenché dans la foulée.
  • Approve Later, Pay Later : le créancier accorde un délai au payeur pour approuver la requête et un délai plus long pour effectuer le paiement.

Les atouts du Request-to-Pay pour les entreprises

En envoyant une demande d’approbation en amont, Request-to-Pay donne la maîtrise au débiteur pour ses paiements.

Pour le créancier, Request-to-Pay est un moyen de prendre l'initiative sur ses relances, d’optimiser les coûts liés au traitement des factures (il dispense de passer par les réseaux interbancaires qui prélèvent une commission de 0,2 à 0,3 % sur chaque transaction) et de garder une complète transparence sur la traçabilité des paiements. 

Accès direct au règlement par virement SEPA ou instantané, Request-to-Pay a un impact sur les délais de paiement, souvent rallongés par l’emploi de modes de paiement « papier » (chèque, TIP).

En plus de réduire les délais de paiement et le risque d’erreur lié à la saisie manuelle des données, le Request-to-Pay crée un lien permanent entre la facture et son paiement (les références de la facture sont incluses dans la demande). Ce qui, à terme, facilite les opérations de rapprochement et de réconciliation et alimente la piste d’audit fiable (PAF) de bout en bout du processus d’encaissement.

Enfin, pour le débiteur, le RTP offre une solution de paiement alternative, qui facilite et fluidifie le parcours de paiement en supprimant toute étape pas foncièrement indispensable à la validation du paiement.

Facturation électronique et Request-to-Pay

Un service Request-to-pay implique un parcours d’encaissement sur facture 100 % digital. Ce qui sous-entend, d’une part, l’utilisation de factures dématérialisées par l’entreprise créancière et, d’autre part, la mise à disposition de moyens de paiement digitaux adaptés au profil des débiteurs. 

Avec la mise en œuvre de la facturation électronique pour toutes les entreprises, elles vont devoir repenser en profondeur leurs processus de paiement et d’encaissement des factures. Même les entreprises qui utilisent déjà des services de paiement dématérialisés (opérateur de dématérialisation, plateforme de dématérialisation, etc.) devront s’assurer que leur outil est bel et bien conforme aux exigences de l'administration fiscale. En effet, seuls les prestataires de services ayant fait l’objet d’une procédure d’immatriculation par la DGFIP seront habilités à transmettre et recevoir des factures électroniques.

Si elle présente quelques défis, la facturation électronique apporte aussi de nombreux avantages : plus de transparence, meilleure protection contre la fraude, sécurité accrue, amélioration de la trésorerie, etc. à travers une expérience de paiement 100 % digitale.

Dans ce nouveau cadre réglementaire, le Request-to-Pay s'inscrit naturellement comme un service supplémentaire de recouvrement des paiements. SEPA Request to Pay contribue à la digitalisation des flux ainsi qu’à la sécurisation de la chaîne de paiement. Deux objectifs communs avec la généralisation de la facturation électronique.

Grégoire Cléry
À propos de l'auteur
Grégoire Cléry
Directeur du marché Expertise Comptable / Libeo

Spécialisé dans la transformation digitale des métiers de la finance, de l’audit, du conseil et de l’expertise comptable, Grégoire Cléry a rejoint Libeo en tant que Directeur du marché Expertise Comptable à l’automne 2022.

Partager cet article
TwitterFacebookLinkedInCopy Link

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles pourraient
vous intéresser